Pourquoi ce rapprochement ?

Les modes de scrutin en France ne permettent pas aux partis régionaux d’obtenir seuls des candidats à ce type d’élections (listes Sud-est pour les Européennes et Rhône-Alpes pour les régionales) ; la seule solution est donc de s’allier avec un parti nationalement implanté. Seul Europe écologie est régionaliste et fédéraliste et les deux mouvements partagent les mêmes valeurs :  »- celles du fédéralisme (personnalisme, organisation qui doit se construire par la base, principe de subsidiarité, proximité démocratique, refus du toujours plus grand, régionalisme différencié…) – celles de l’écologie politique – Ils souhaitent des régions à taille humaine dotée d’une plus grande autonomie, tant fiscale que de gouvernance à l’image de toutes les régions de l’arc alpin et de la plupart des régions européennes. »

La France est un pays centralisé depuis plusieurs siècles (avant même que la Savoie ne devienne française). Elle a eu beaucoup de mal à décentraliser quelques compétences vers ses collectivités territoriales (communes, départements et régions). Pendant ce temps, tout autour de nous en Europe, les pays se sont organisés en fédérations ; leurs régions ont une grande autonomie et gèrent directement leur fiscalité qui représente 60 à 90% de leurs ressources selon les pays. (à peine 10% pour les régions françaises). Le résultat est là aujourd’hui : la centralisation ne permet plus à l’État de contrôler ses propres dépenses pour des organisations aussi énormes sue l’éducation nationale ou la sécurité sociale. La multiplication de ministères pour gérer la France depuis Paris n’est plus adaptée à notre temps. Les citoyens demandent une démocratie de proximité.

Le MRS est donc favorable au projet de fusion des deux départements savoyards.

Cependant, il n’y aurait aucun avantage à fusionner pour créer seulement un grand département. La réforme territoriale en cours de discussion va retirer aux départements toute autonomie. Il faut donc qu’à l’occasion de cette fusion, les Pays de Savoie demandent un statut particulier, voire expérimental comme la Constitution le prévoit, pour exercer la plupart des compétences d’une région : c’est le projet avancé par Hervé Gaymard. Pour sa part, le MRS place le curseur plus haut en demandant que les pays de Savoie aient le statut d’une région à part entière.

Pourquoi faut-il que la Savoie devienne une Région ?

Devenue région, la Savoie, qu’on dit souvent trop petite, serait la plus grande région de l’arc alpin (de Nice à la Slovénie). La Région Savoie aurait une cohérence historique, géographique et économique. Ses élus seraient plus proches et directement identifiés. La Région Savoie serait dotée des compétences des départements et d’une région. Nous aurions ainsi une véritable économie d’échelle. Mais le MRS souhaiterait que la Savoie soit de plus déclarée région expérimentale dotée d’une plus grande autonomie à l’image des régions européennes. Pour cela, il faudrait que l’État lui transfère des compétences supplémentaires comme la gestion du patrimoine, de ses barrages hydroélectriques, de la gestion directe des fonds régionaux européens (comme pour l’Alsace)… et que l’autonomie fiscale prévue dans la Constitution lui soit accordée. La Savoie pourrait alors devenir un modèle pour les autres régions françaises dans l’avenir. Les Savoyards ont tout à y gagner. Il ne s’agit aucunement d’un « repli identitaire », comme se plaisent souvent à le dire des parisiens ; bien au contraire, cela permettrait à la Savoie de nouer formellement et directement des liens avec tous ses voisins :  »- suisses dans le cadre de l’agglomération franco-valdo-genevoise qui se développe – valdotains dans le cadre des relations ancestrales avec nos « cousins » – italiens dans le cadre des relations avec Turin et le Piémont »

Il y a aussi une autre raison à la nécessité pour les Savoyards de s’organiser : en effet, la nouvelle loi va permettre aux métropoles de s’organiser et de devenir très puissantes ; ainsi, nous aurons au sud de Chambéry la métropole grenobloise incluant une partie du Grésivaudan ; à l’ouest la métropole lyonnaise et au nord, Genève. Si nous n’avons pas une structure forte, la Savoie n’aura plus beaucoup de maîtrise sur son devenir.

Pour mieux maîtriser notre destin, pour une plus grande proximité démocratique, pour avoir des élus que l’on connaît, pour mieux maîtriser notre développement économique et touristique, pour organiser nous-même un meilleur cadre de vie pour les savoyards, pour mieux rspecter l’environnement, la culture et les traditions, pour nous inscrire dans une Europe des régions en tissant nous-mêmes des liens avec nos voisins.

C’est maintenant qu’il faut agir. Alors que la réforme territoriale arrive en discussion à l’assemblée nationale, il faut que nos députés soient vigilants sur les possibilités légales de fusions de départements et de constitution d’entités nouvelles et expérimentales. Il faut que nos conseils généraux soient audacieux et visionnaires, pas seulement pour leur mandat ou leur circonscription, mais pour le devenir de leur région Savoie. En cette période charnière pour notre territoire, que tous ceux qui se sentent concernés, que ce soit par leur attachement ancestral à la Savoie ou par leur attachement récent, viennent rejoindre notre mouvement

Noël Communod, Président du MRS et conseiller régional